Roquefixade et Mont Réal…

En 1243 Bernard Amiel de Pailhes se place sous la suzeraineté du comte Raymond de Toulouse acceptant de ce fait de devenir son vavassal sous la lance des comtes de Foix.

Suite à un conflit de vassalité le roi Philippe III le Hardi convoque en sa cour de justice le comte Roger-Bernard III de Foix ce dernier doutant des bonnes intentions du roi décide de réunir ses bannerets et, quittant ses terres passe les Pyrénées.

Sans doute n’avait-il pas tord puisque immédiatement Eustache de Beaumarchès, sénéchal de Poitiers et d’Albi, s’empare en accord avec le roi de son comté. Pour faire bonne mesure le sénéchal se lance à la poursuite de Roger-Bernard l’arrête et le conduit dans les cellules de Carcassonne. Raymond Roger de Pailhes lui,réussit à s’enfuir trouvant refuge en Aragon. Seigneur de langue d’Oc il fut immédiatement recueilli par les chevaliers à la croix ancrée qui l’accompagnèrent auprès du roi Pierre III, ce dernier ne souhaitant pas entrer en conflit avec Philippe III lui conseilla de rentrer dans ses terres et de faire soumission au roi.

N’ayant guère d’autre solution Raymond-Roger quitta l’Aragon en compagnie nous dit les textes d’une escorte au quatre chevaliers blancs, rien n’indique le nombre total de soldats. Le comte de Foix en échange de sa liberté fit sa soumission au roi et prit les armes contre Pierre III dans une rivalité pour la possession de la vicomté de Castelbon. Capturé à Balaguier le 22 Juillet 1280 il est emprisonné à Siurana jusqu’en 1284.

Privé de fief le seigneur de Roquefixade sans plus aucun soutien fit voeu au Saint-Sauveur et repartit avec ses accompagnateurs, avant son départ il fit graver la croix de l’ordre pour que son fief garde le souvenir de son engagement.

Nul doute qu’il se trouva en 1283 face à Eustache de beaumarchès qui tenta d’envahir l’Aragon, mais Pierre III à la tête d’une armée considérable (décrite comme invincible par Ramon de Muntaner) le reconduit au delà des Pyrénées.


Et que penser du fait qu’en 1463, Louis XI restitue le château à Gaston IV, comte de Foix. Sans doute un cadeau dans la négociation de mariage entre la Sœur de Louis XI et le fils de Gaston IV. Mais pourquoi ce château plutôt qu’un autre ? Avait il une importance particulière ?

Sachant que plusieurs liens nous rapprochent de l’Espagne, de la Navarre, etc… par ce personnage qu’est Gaston IV :
Dès sa naissance il porte le titre de vicomte de Castelbon, puis il est marié à Éléonore de Navarre le 22 septembre 1434 ou le 30 juillet 1436 et succède à son père le 4 août 1436 sous la tutelle de son oncle Mathieu de Foix, comte de Comminges.

Jean II d’Aragon, roi de Navarre et brouillé avec son fils et héritier Charles, prince de Viane, le déshérite et conclut à Barcelone le 3 décembre 1455 un traité par lequel il institue Eléonore et Gaston comme héritiers du royaume de Navarre. Gaston entre en campagne contre le prince de Viane, occupe la Basse-Navarre et en chasse le prince, et devient lieutenant général du royaume de Navarre.

Le 24 juin 1457, Jean devient roi d’Aragon, à la mort de son frère aîné Alphonse V. Gaston est également un conseiller intime du roi Charles VII qui le fait pair de France en août 1458. Ce dernier meurt en 1461 et son fils Louis XI commence à lui tenir rigueur de sa fidélité au précédent roi, mais renonce à son animosité, espérant utiliser Gaston pour retirer des avantages de la guerre civile ravageant le royaume d’Aragon, entre Jean II et Charles, prince de Viane. Ils négocient également le mariage entre Gaston, fils de Gaston IV et Madeleine de France, sœur de Louis XI.

Effectivement, Louis XI profite des troubles en Aragon pour s’emparer de la Cerdagne et du Roussillon.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :